distribution de fournitures scolaires aux enfants de familles dans le besoin

depuis:
2002
où:

17 quartiers de Montréal

Quand:

3e semaine du mois d’août

c’est quoi:

Les enfants sont invités à choisir selon leur goût un sac à dos, des fournitures scolaires ainsi qu’une boîte à lunch isolante. La famille peut aussi se procurer des denrées alimentaires pour le petit déjeuner et la boite à lunch.

4 600

Enfants desservis*

630

bénévoles

+263 M$

DONS RECUEILLIS*
*Pendant la campagne de 2015

Le Magasin-Partage répond d’abord à un besoin primaire qui est la faim et par son ancrage dans le quartier, amène les Montréalais appauvris à tendre vers une prise en charge en les intégrant dans un réseau local d’entraide. Les organisations qui composent notre réseau détiennent différentes expertises et sont susceptibles de leur venir en aide face aux nombreuses problématiques que leur apporte leur situation de pauvreté.

Tout comme chez les épiciers, on y retrouve une sélection de denrées alimentaires périssables et non périssables.  Chaque participant a le loisir de choisir selon ses goûts et ses besoins les denrées qui lui conviennent en échange d’une petite contribution de 10% du coût de leur épicerie. Les sommes ainsi recueillies sont réinvesties et permettent de rejoindre un plus grand nombre d’invididus. De cette manière, cela permet aux bénéficiaires de contribuer également à aider leur communauté.

Chaque ménage inscrit est rencontré individuellement par un intervenant du milieu. On évalue ainsi leur situation afin de connaître les causes et effets de la pauvreté sur eux pour déterminer leurs véritables besoins. C’est à ce moment que nous les informons des ressources locales pouvant leur venir en aide pour les outiller à faire face à différentes problématiques qu’ils peuvent rencontrer.

  • Comme bénévole, j’ai eu la chance d’échanger avec des bénéficiaires et cela m’a permis de mieux comprendre les effets de la pauvreté sur les gens.

    Témoignage Rentrée 03
  • J’ai hâte à la rentrée et pouvoir utiliser ce que j’ai eu au Magasin-Partage.

    Témoignage Rentrée 02
  • Merci pour les denrées et le matériel scolaire, je pourrai faire des lunchs santé à mes enfants et les voir partir heureux pour l’école avec leur sac à dos neuf.

    Témoignage Rentrée 01
nos partenaires
logo-villemontreal-200x75logo-pg-210x75logofondmarcjeancoutu-260x75

FIL DE NOUVELLES

Si on veut former des athlètes olympiques, il faut commencer par la base et outiller nos enfants pour la rentrée scolaire 5 septembre, 2016

Lettre d’opinion du Regroupement Partage pour la rentrée scolaire 2016

Ces jours-ci, tous les yeux des Québécois et des Canadiens sont rivés à leurs écrans de télévision pour suivre les Jeux Olympiques. On est fiers de nos athlètes, on est fiers de nos médailles, on est fiers de nos succès. Paradoxalement, on oublie que pour aller loin, il faut partir du bon pied : avoir une base de vie solide; une alimentation saine, du soutien de ses proches, les bons outils pour s’entraîner.

Ce qui n’est pas le cas d’un trop grand nombre d’élèves de Montréal, qui s’apprêtent à débuter l’année scolaire dans quelques jours. Près de 42% des élèves de la CSDM proviennent de milieux défavorisés. Les enfants de milieux défavorisés sont de trois à quatre fois plus nombreux à accuser des retards scolaires et deux fois plus nombreux à éprouver des problèmes d’apprentissage. Ils sont également plus enclins à décrocher; près d’1 étudiant montréalais sur 3 ne finira pas son secondaire, et dans certains arrondissements plus durement touchés par la pauvreté, c’est près d’1 étudiant sur 2. Ils n’ont pas la base requise pour atteindre le sommet de leur rêve de carrière comme nos athlètes olympiques, bien souvent ils n’ont même pas le strict minimum.

D’autant plus que la rentrée scolaire coûtera encore plus cher cette année; selon un rapport d’Ernst & Young paru le mois dernier, les dépenses liées à la rentrée scolaire 2016 devraient être en hausse de 4,5% au Canada, par rapport à l’année dernière. Déjà l’une des deux périodes de l’année les plus déchirantes pour les familles à faible revenu, la facture de la rentrée qui s’annonce plus salée cette année complexifiera la donne. Comment habiller, outiller, mais surtout nourrir la famille dans ces conditions? Certains postes de dépenses échopperont et cela diminuera la motivation d’aller à l’école pour les élèves dont le ventre sera vide, les vêtements défraîchis et le coffre à crayons dégarni.

Cela n’a pas que des conséquences néfastes pour ces familles, c’est toute la province qui en souffre. Le Québec a un évident besoin de savoir, de cerveaux alertes et de mains agiles pour le développement de son économie. Comparativement à un décrocheur, un jeune qui a en mains un diplôme d’études secondaires empochera 184 000 $ de plus sur l’ensemble de sa vie active. C’est donc un manque à gagner qui coûte 1,9 milliard $ par année aux Québécois.

Former un athlète olympique coûte plus de 25 000$ par an, alors que nourrir sainement un enfant en coûte près de 10 fois moins*. Avec une alimentation saine et les articles scolaires que fournit le Regroupement Partage, un enfant a donc les ingrédients de base pour cheminer vers sa réussite scolaire, éventuellement finir son secondaire, et peut-être aspirer à devenir un acteur déterminant de notre société de demain.

Près de 900 000 enfants québécois et près de 200 000 enfants montréalais** retourneront sur les bancs d’école dans les prochaines semaines. Il est impératif de les outiller, afin qu’ils puissent débuter l’année du bon pied, pour leur assurer, ainsi qu’au Québec dans son ensemble, un avenir prospère. Et peut-être, qui sait, un jour pouvoir nous représenter aux Jeux Olympiques, mais également enseigner à nos petits-enfants, nous soigner, réparer nos véhicules, découvrir une nouvelle technologie, etc.

 

Sylvie Rochette,
cofondatrice et directrice générale Regroupement Partage

* Selon le coût du panier à provisions nutritif, janvier 2016, Dispensaire diététique de Montréal
** Selon les chiffres de la Fédération des commissions scolaires du Québec Le Regroupement Partage organise le 25 août l’Opération Sac à Dos.

 

Télécharger en format pdf

Le Regroupement des Magasins-Partage, la CSDM, Alain Stanké, les Grandes Gueules, Mitsou, Francine Grimaldi, et Tac Tik s’associent pour 2007 enfants qui ont faim d’apprendre 29 mai, 2007

« Je souhaiterais devenir plombier » – William, 15 ans
« Je voudrais être pharmacienne » – Laurence, 14 ans
« J’aimerais être garde forestier » – Roxanne, 13 ans

Ces jeunes, tout comme 40 % des élèves de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), proviennent d’un milieu à faible revenu. Voilà la raison qui pousse le Regroupement des Magasins-Partage à lancer sa 6e campagne de financement des Magasins-Partage de la rentrée scolaire, en collaboration avec la CSDM.

« Le fait de décider de ses propres fournitures scolaires et la formule d’épicerie ponctuelle que nous avons développée répondent davantage aux besoins spécifiques des enfants et de leur famille, tout en respectant leur dignité et leur choix « , souligne la directrice du RMPIM, madame Sylvie Rochette.»

Télécharger le communiqué

Magasin partage de la rentrée scolaire – Archives des communiqués 1 janvier, 2007
  • Mai 2007 – Le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal vient en aide à plus de 2130 enfants dans le cadre de la rentrée scolaire (télécharger pdf)
  • Août 2007 – Le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal, la CSDM, Alain Stanké, les Grandes Gueules, Mitsou, Francine Grimaldi, et Tac Tik s’associent pour 2007 enfants qui ont faim d’apprendre (télécharger pdf)
  • Août 2006 – Le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal aidera 1 900 enfants pour la rentrée scolaire (télécharger pdf)
  • Mai 2005 – « Participez à ma réussite scolaire » (télécharger pdf)
  • Août 2005 – Un organisme qui fait ses classes (télécharger pdf)
  • Mai 2004 – Bonne ou mauvaise nouvelle ? (télécharger pdf)
  • Juin 2003 – Pour une rentrée scolaire dans la joie et la dignité (télécharger pdf)
  • Juin 2002 – Les Magasins-Partage de la rentrée scolaire : un projet pilote (télécharger pdf)
Un organisme qui fait ses classes 22 août, 2005

À compter d’aujourd’hui et jusqu’au 26 août prochain, le Regroupement des Magasins-Partage répondra aux besoins de 1500 écoliers montréalais provenant de milieux défavorisés, soit 250 enfants de plus que prévu.

Le Regroupement des Magasins-Partage a lancé sa campagne le 24 mai dernier. Au cours de cet événement, Mario Tessier et José Gaudet des Grandes Gueules, ont lancé un appel à la solidarité. « La réponse a été favorable et au-delà de nos espérances puisque l’objectif de 150 000$ a été atteint », déclare madame Sylvie Rochette, directrice de l’organisme.

Chaque enfant pourra débuter l’année scolaire avec un sac d’école, des fournitures scolaires ainsi qu’une boîte à lunch bien garnie. Débuter l’année scolaire bien outillé, c’est aider un enfant à faire une année de plus vers l’obtention d’un diplôme ce qui s’avère bien souvent la porte de sortie du cercle de la pauvreté dans lequel vivent ces enfants.

Télécharger le communiqué